Storytime

Londres, eldorado professionnel ?

17 juillet 2014

On ne va pas se le cacher, celui qui veut travailler, il travaille. Le chômage est relativement moins élevé qu’en France. Bien sûr il y a beaucoup de petits jobs, mais pour moi qui ai toujours travaillé dans la culture ou le tourisme, je me base sur ces deux domaines pour jauger le marché du travail.

En France clairement, ce sont 2 domaines où les places sont chères, il y a très peu d’offres et beaucoup de demandes, ce qui explique en partie “l’exploitation” que subissent les professionnels de la culture et du tourisme. Sortir de fac ou d’Ecole avec un bac =5 voire +7 et n’être payé qu’au SMIC ou pas loin, n’est pas extraordinaire… Pour un pays des plus touristiques au monde et offrant une richesse culturelle sans pareil, cela est vraiment lamentable. Mais bon, que faire ??

En France, il est difficile de se réorienter en cours de carrière. Je prends mon exemple: Pendant mon Master 2, j’ai dû réaliser un stage de 6 mois. Clairement, ce stage a déterminé le reste de ma carrière. Je crois que j’aurais adoré travailler dans un cabinet d’étude, réfléchir à des projets scénographiques…. (ça, ça doit venir de mon rêve d’enfant d’être architecte et de faire des maisons ^^). Mais, les stages interessants ne courent pas non plus rues. je me suis vue offrir un stage vraiment chouette sur le papier, au sein d’un musée. Et bin, c’est comme si une grosse bête m’avait avalée: “TU AS MIS UN PIED DANS LES MUSEES, TU N’EN RESSORTIRAS PLUUUUUS !” Brrr, ça fait flipper !

Lorsque j’ai décidé de venir m’installer à Londres, c’était parce que j’avais la proposition d’O Tours de Londres ! sinon, jamais je n’aurais osé tout plaquer pour l’inconnu.

Il était question dès le début que ce job ne serait pas un full-time (plein temps), il faudrait donc que je trouve un autre job pour compléter, pour les jours où je n’aurais pas de visites guidées.

Mes premières recherches m’ont permis de réaliser que la quantité d’offres disponibles dans le domaine de la culture était juste hallucinante ! Mais pour la plupart, en full-time, donc impossible pour moi de postuler. De plus, soyons réalistes, mon niveau d’Anglais ne me permet pas de travailler dans un bureau ou faire exactement le même boulot que celui que j’occupais en France.

Néanmoins, je suis peut-être très orgueilleuse et capricieuse mais je n’avais aucune envie de travailler dans un pub ou dans une boutique de souvenirs, je ne me suis donc pas jetée sur les premières offres que j’ai trouvées.

Ma directrice, très optimiste m’avait dit qu’à Londres, tout était possible. Elle me voyait bien bosser dans un théâtre en tant qu’ouvreuse par exemple et faire ma place petit à petit en tant que photographe pour ensuite vivre de la photo (hum hum).

La 1ère chose à faire était d’abord de traduire mon CV et l’adapter à l’Angleterre. Merci internet pour les modèles et les traductions de termes spécifiques… Merci aussi à Sandrine et Christèle qui m’ont aidée à le corriger. J’en ai donc décliner plusieurs selon les endroits où je postulais.

 

Resume Kuoni

Resume Kuoni2

Après ça, me voilà parée pour la recherche !

Dans la plupart des musées, la candidature se fait en ligne, directement via leur site internet. Il y a des cases à remplir, donc nul besoin de CV. Ce qui m’a frappé, c’est la partie sur nos origines ethniques. Cela ne veut pas dire que vous ayez moins de chances en étant noir africain ou canadien, c’est juste qu’il y a des quotas afin d’éviter justement le communautarisme. Mais c’est vrai que cela surprend au départ. Il n’est pas rare de voir des femmes voilées au travail, des hommes portant des turbans…

 

20140618_230545

Vous devez également mentionner si vous êtes victime d’un handicap quelconque.

J’ai donc répondu à plusieurs offres dans des petits musées, des musées nationaux, des théâtres, chez des photographes…

Mes finances s’amenuisant, la recherche devenait de plus en plus active, jusqu’à ce que je me dise, tant pis, je vais postuler aussi sur des postes à temps plein.

Je me suis posé des milliers de questions: lorsque ma directrice reviendra, je serai payée à la prestation, donc à la visite. Si personne ne réserve pour une visite, je ne suis donc pas payée. Difficile de trouver un job à mi-temps quand on ne sait pas réellement quand vont tomber les visites (les visites privées surtout car sinon, le gros du travail est constitué de visites déjà inscrites sur le calendrier, les gens n’ont plus qu’à s’inscrire), comment allons-nous nous répartir les visites à nous deux… c’est ce genre de questions qui m’a fait prendre la décision de postuler également sur des temps pleins…Et cela m’ouvrait des jobs bien plus intéressants.

En farfouillant avec le mot clé “French speaking”, je suis tombée complètement par hasard sur plusieurs offres du Tour-Operator Kuoni, qui est une grosse compagnie. Ils recherchaient des financiers, des agents de réservations, des managers… Il y avait un poste intéressant de “Destination Management Executive”, mais je me suis dit, “on va quand même garder les pieds sur terre”. Le poste était très intéressant, il fallait parler Français, mais aussi maîtriser l’Anglais. Du coup, je me suis rabattue sur les postes d’agent de réservation. Je me suis dit que pour commencer et évoluer en anglais, ce sera parfait. J’ai donc postulé en ligne avec leur formulaire tout fait et j’ai joins mon cv. ça, c’était le samedi 5 juillet.

Le lundi 7 juillet, j’ai reçu un appel de Kuoni me disant que j’avais postulé à un poste d’agent de réservation mais qu’aux vues de mon cv, ils avaient un poste plus interessant à me proposer et qui était plus orienté vers l’organisation d’évènements. La personne m’a donc envoyé le jour même la fiche de poste afin que je vois si elle m’interessait et si c’était le cas, je pouvais la rappeler pour qu’on fixe un entretien dans la semaine.

Arrivée chez moi, j’ai eu la grande surprise de constater que l’offre en question était celle à laquelle je n’avais pas osé répondre ! J’ai donc envoyé un mail en retour pour confirmer que l’offre m’intéressait et rendez-vous était pris pour le mercredi suivant (le 9) au siège de Kuoni dans le quartier de Barbican.

Wouah alors là, j’ai du mal à le croire ! Effectivement, tout est possible à Londres, même le changement de voie professionnelle ! J’ai donc contacté mes amis Stephanie et David qui travaillent dans le même secteur afin qu’ils me donnent quelques conseils et quelques clés.

Je savais que l’interview se déroulerait en 2 parties, 1h d’entretien et 1h de test écrit. Mais je ne savais pas s’il allait se dérouler en Français ou en Anglais.

Le jour J, j’ai été accueillie par 2 Françaises qui m’ont donc faite passer l’entretien. Il s’est plutôt bien déroulé et elles m’ont même demandée si j’avais créé mon CV moi-même haha ! Le tout était en Français avec une question en Anglais pour tester mes compétences linguistiques…

La partie test écrit était en Anglais et se composait de plusieurs types de questions: des villes du monde à replacer dans les bons pays (Séoul, Bilbao, Taipei, Bangkok, Vienne, Budapest, Dresden…), puis des haut-lieux touristiques français à resituer dans leur ville (Disneyland, le Palais des Papes, le Clos Lucé, la Basilique Notre Dame de Fourvières (si si), Notre Dame de la Garde, le Pont du Gard, le Chateau Comtal…). ça, c’était la partie finger in the nose !

Ensuite, il y avait des exercices de calculs et de logique: des pourcentages, des devises, des calculs de tarifs selon différents taux… puis, un courrier à rédiger en anglais à un client mécontent, puis un exercice de mise en situation afin de tester je pense mes capacité de hierarchisation…

C’est le lendemain que j’ai reçu l’appel de l’une des femmes qui m’a reçu la veille pour me dire que certains calculs étaient erronés et savoir si c’était l’effet du stress car j’avais dit avoir manipulé des budgets et des régies financières. Elle a terminé en me disant que j’étais retenue pour le poste et que je commençait le jeudi suivant, le 17 juillet !!!

PFIOUUUU !!!! incroyable !!! une nouvelle vie s’ouvre à moi, c’est complètement hallucinant !! je vais donc travailler dans le quartier de la City dans un immeuble où l’on est 800 et où on entre avec un badge ^^ ça va me changer du Musée Escale Haut-Rhône !

Il s’agit d’un contrat d’1 an pour un remplacement de congé maternité avec possibilité d’un autre poste ensuite si cela marche bien. Ce qui est sûr, c’est que si ça fonctionne, ce poste va m’ouvrir beaucoup de portes !!

POur préciser, il s’agit donc d’un boulot qui consiste à organiser des séjours d’affaire en France, mais plus particulièrement, des évènements tels que congrès, gala, soirées… c’est pour une clientèle le plus souvent asiatique…

J’en saurais plus demain car c’est demain le grand jour !! (j’ai quand même dû aller m’acheter des chaussures convenables…)

 

 

No Comments

Leave a Reply